TOP 12 2019 : l’analyse du Boss depuis Brest

20 mai 2019
Comments off
1200 Views
image_pdfimage_print

Nouveau rendez vous à haut risque en Bretagne avec cette édition du top 12 où le Philidor affiche une équipe remaniée suite à de nombreu

ses indisponibilités et l’absence de son leader emblématique David Navara. L’enjeu est donc clair, interdit de se rater contre les trois-quatre formations à notre portée sous peine de plonger.

Pour aborder cette nouvelle campagne, Philidor compte sur le jeune indien Nihal Sarin (photo) GMI à 14 ans (elo à 1598 !) et sur Axel Smith venu apporter son concours en tant que joueur communautaire résident en France.

Notre entrée dans la compétition est satisfaisante avec un gain indispensable face à un concurrent et un excellent match nul face à une formation messine nettement renforcée tout comme d’ailleurs de nombreuses équipes.

Philidor- Vandoeuvre : 4 – 1

L’indispensable succès pour ne pas se mettre d’emblée dans le rouge face à un concurrent pour le maintien a bien eu lieu grâce à une excellente partie de Cécile Haussernot qui décroche un bon nul et des gains de Benjamin Gledura, Andreas Heimann qui a visiblement franchi un palier , d’Axel Smith qui signe avec une victoire son entrée et enfin de Quentin Burri.

Ce succès permet d’accumuler un peu plus de confiance.

Philidor  – Metz : 1 – 1

Dans ce premier  gros match, nos joueurs ont répondu présents. Cécile Haussernot ouvre la marque mais notre capitaine a dû déposer les armes face au GMI Fedorchuk. La victoire n’était pas loin mais Andreas Hheimann n’a pu profiter dans une position complexe de son avantage. On signalera la remarquable prestation de Nihal Sarin qui annule avec Malachov, une pointure mondiale .

Ronde  3 : Philidor s’impose face à Saint Quentin  3 – 1

Nouveau match à gros enjeux dans notre quête de maintien face à un concurrent direct qui d’ailleurs avait aligné une équipe très renforcée et homogène.

C’est donc avec un maximum de concentration que nous abordions ce match et rapidement nos buteurs Cécile Haussernot radieuse et Andreas Heimann en très gros progrès scoraient. Le match aurait pu être tranquille d’autant qu’Andréi Istratescu  ajoutait un nouveau point mais les gaffes successives de Quentin Burri et Nihal Sarin, nos plus jeunes joueurs, en zeitnot permirent aux Picards d’entretenir l’espoir mais en vieux briscard, Andrei Sokolov assurait la nulle et Nihal Sarin en fit de même après une partie à rebondissement.

Ronde 4 : Philidor dynamite Cannes 5 – 0 et fait un grand pas vers le maintien !

On dit toujours que le match parfait n’existe pas mais faut bien dire que notre prestation face aux Azuréens y ressemble.

Pour étrenner les galons de capitaine du Boss, JN restant au repos pour ce match, l’équipe s’est fait plaisir et le score est plutôt minimaliste tant Quentin et Andreas sont passés près de la victoire.

Après trois heures de jeu, Nihal Sarin débloquait son compteur avec le Philidor , de quoi lui donner la confiance qui lui manquait juqu’alors. Benjamin Gledura somptueux dans sa qualité de jeu karpovienne et Andrei Istratescu scoraient pratiquement en même temps avant qu’Andrei Sokolov scelle le sort du match que Cécile Haussernot en forme internationale ne conclut la rencontre avec brio.

On comprendra aisément que la troisième mi-temps fut joyeuse, cette victoire assurant quasiment le maintien du Philidor et cela après seulement 4 rondes !

L’ambiance est excellente en terre d’iroise ce qui devrait permettre à notre team de continuer à s’épanouir mais aucun relâchement n’est possible pour l’instant. Attention ! Maintenant nous allons rentrer dans le dur en attendant les rondes capitales face à Monaco et Gonfreville.

Ronde 5 : Philidor – Clichy 1 – 2

Le championnat entre dans sa phase médiane et Philidor est maintenant dans le dur avec toutes les grosses écuries à rencontrer. Prendre du plaisir est notre objectif en espérant récolter encore des points face aux deux équipes accessibles encore à jouer afin de valider définitivement le maintien.

En tout cas, le match contre Clichy a été le jour et la nuit avec celui d’hier, autant dire qu’on n’a pas existé. Rapidement, Van Wely balaya le courageux Axel Smith, Nihal Sarin n’a pu résister à la fougue des 2700 d’Amin Bassem et nos joueurs blancs n’ont jamais pu trouver l’ouverture.

Et puis, bizarrement alors qu’il ne restait que deux échiquiers en lisse, Clichy se désunit et Gledura prit un avantage décisif pendant que Cécile faisait le spectacle et fut à deux doigts d’arracher l’égalisation qu’elle rata dans le zeitnot. Dommage car elle méritait une fois encore de l’emporter même si son match nul constitue déjà un bel exploit face à un joueur à 2500 !

C’est donc une première défaite qui solde cette journée !

L’équipe doit maintenant retrouver de la combativité pour poursuivre positivement.

Philidor – Grasse : 2 – 1

« Qui a vu  Ouessant voit le monde en grand » tel est l’adage du jour pour le Boss parti randonner en excursion dans l’extrême ouest pendant que le team ferraillait face à un sérieux concurrent coaché par notre emblématique connaissance Vincent Riff.

La défaite d’Istratescu dans un mauvais jour ne permettait pas l’optimisme mais Andreas Heimann toujours aussi bien préparé et combatif rétablissait l’équilibre avant que le Maître ne domine l’élève dans le match Sokolov Vincent Riff (photo).

Dès lors dans une position avantageuse, Emma Richard signait son entrée dans l’équipe de fort belle manière en contraignant la multiple championne de France Sophie Millet à la nulle.

Un excellent match du Philidor qui assure donc son maintien après seulement 6 rondes, personne n’osait espérer un tel scénario au départ et donc cette campagne 2019 est d’ores et déjà réussie !

Philidor – Asnières : 0 – 1

Après les festivités de la veille, il fallait quand même remettre le cœur à l’ouvrage face à l’ogre d’Asnières qui vise tout simplement le titre 2019 !

De surcroît, Philidor a dû laisser au repos Andreas Heimann le buteur pour respecter la règle des matchs joués (Andreas a participé à un match de nationale 1) et de Benjamin Gledura rentré aujourd’hui dans sa Hongrie natale. C’est donc avec deux féminines, un concept à la mode cette année que nous abordions ce match sans le moindre espoir sinon de limiter la casse. Rapidement, nos blancs Axel Smith, Andrei Sokolov et le capitaine Jean-Noël Riff annulaient suivi de près par Andrei Istratescu. Emma avec les noirs ne put résister à la préparation du grand maître Jules Moussard et  nos adversaires prirent l’avantage logiquement. Quentin Burri, Cécile Haussernot et Nihal Sarin continuèrent courageusement la lutte. Face à la championne Almira Skipchenko, Cécile profita de sa position supérieure pour accorder la nulle et rester invaincue, ce qui constitue une nouvelle performance flatteuse pendant que nos jeunes poursuivaient le combat pour tenter d’annuler. Au bout d’une longue finale, Quentin annulait également rendant du coup la victoire d’Asnières très étriquée ! Et pour conclure en beauté le tout jeune Nihal Sarin annulait contre le numéro deux indien Harakrishna un joueur du top mondial et ce avec les noirs !

Finalement un résultat plus qu’honorable face à une équipe à qui on rendait 1300 points élo sur 8 échiquiers !

Philidor – Monaco : 3 – 1

Le top 12 entre dans le sprint final et nous souhaitons terminer le mieux possible. Plus facile à dire qu’à faire et face à Monaco nous avons pas été particulièrement bien inspiré, excès de confiance d’une part et énergie débordante chez l’adversaire d’autre part, firent que ce match qui s’annonçait une formalité a été plus que difficile, il n’y a plus de petites équipes !

Pire, avec les noirs Axel Smith commettait une bévue et permettait à nos adversaires du jour d’ouvrir le score et de gagner en confiance. C’est alors que le capitaine Jean-Noël Riff  s’arracha pour faire plier son adversaire et égaliser avant que le jeune indien Nihal Sarin ne fasse parler son sens tactique pour permettre enfin au Philidor de prendre l’avantage. Andreas Heimann toujours aussi précieux apporta un nouveau point ! Après la bonne nulle d’Emma Richard qui permettait de conserver notre invincibilité à l’échiquier féminin, notre victoire était acquise mais sans gloire !

Demain, Nice. Un gros match pour une place dans le top 4, autant dire qu’il faudra montrer notre meilleur visage pour espérer donner une bonne réplique à notre adversaire plus fort sur le papier.

Philidor – Nice : 2 – 1

Véritable match à enjeu pour le podium, le perdant n’ayant plus aucune chance de figurer dans le top 3. Les Azuréens avaient aligné une équipe impressionnante à qui nous rendions pas loin des 500 points élo ! Autant dire qu’il faudra faire un sacré exploit si on veut encore entretenir l’espoir du podium !

Les trois premières heures du match furent équilibrées avec une grosse application de chaque côté. C’est finalement le capitaine Jean-Noël Riff qui le premier obtient une bonne nulle face à l’ancien champion de France Gharamian. Sur les autres échiquiers, le combat se durcissait mais nos positions n’étaient plus aussi solides. Finalement, c’est Quentin Burri qui craquait le premier et permettait à nos adversaires de prendre l’avantage. Fort heureusement, Cécile Haussernot impériale depuis le début de la compétition égalisait magistralement avec les noirs  et Axel Smith annulait après avoir couru le matin un semi-marathon où il termina 4ème sur 400 ! Ce fut ensuite au tour d’Andreas Heimann de signer une bonne nulle avec les noirs et l’exploit prenait forme ; à son tour Istratecu annulait avec les noirs, il restait juste Andrei Sokolov qui tentait d’annuler face à une pointure mondiale et notre jeune prodige Indien qui cherchait le gain ! Finalement notre dantesque premier échiquier conclut en 70 coups pour nous porter en tête, restait à Andrei de tenir, ce qu’il fit avec vista.

L’exploit était réalisé et nous pouvons encore espérer le podium même si ce sera difficile. Certainement ce match constitue une de nos meilleures prestations de ces cinq dernières années !

Philidor – Gonfreville : 4 – 0

Cette avant dernière rencontre du top 12 2019 était d’une importance capitale dans l’espoir d’un podium car autant ne pas spéculer sur une mansuétude de la part de notre dernier adverse, le multiple champion de France Bischwiller !

Face à un adverse plus modeste, nous sommes souvent sujet à un relâchement coupable et donc la prudence est de rigueur. Andreas Heimann fut le premier à finir par une nulle avec les blancs contre l’homme en forme de Gonfreville. Finalement le capitaine Jean-Noël Riff voyant les affaires traîner passa à l’attaque pour ouvrir le score et donner un peu de tonus à ses équipiers un peu sur la réserve. Andrei  Sokolov, sans doute fatigué par ses efforts de la veille, annula tout comme Nihal Sarin avec les noirs mais Cécile Haussernot toujours au top niveau apporta un second point ! Cécile jouera demain pour une norme de Maître International  masculin ! Andrei Istratescu apporta le troisième point synonyme de victoire ! Quentin Burri ne s’est pas simplifié la tâche mais a finalement réussi à dompter son adversaire pour porter le score à 4-0.

Philidor jouera donc demain pour la troisième place, une défaite honorable contre Bischwiller, champion en titre et leader, pourrait suffire…

Philidor – Bischwiller : 0 – 3

Le big match ou David contre Goliath ! Nos adversaires ont effectué une composition très agressive, notre objectif sera de résister du mieux possible et de limiter la casse d’autant plus que notre concurrent pour la troisième place, Metz, aura un match aisé face à une équipe de Grasse très affaiblie.

Rapidement avec les blancs le capitaine Jean-Noël Riff et Andréi Istratescu firent nulle, la suite du match dira si cette stratégie était bonne ou non, sachant qu’il nous faut perdre sur un score minimal pour assurer le podium. Ce fut ensuite au tour d’Andreas Heimann d’annuler avec les noirs contre Etienne Bacrot. S’ensuit une très longue attente, Quentin Burri s’inclina face à Mazé et il devenait impératif de tenir encore quelques positions. Avec vista, Nihal Sarin annulait après avoir dominé son adversaire et, dès lors, il ne fallait plus qu’une nulle pour assurer notre troisième place. Malheureusement, nos trois dernières positions se sont dégradées dans le zeitnot et dès lors il fallait une nouvelle nulle du côté de Grasse-Metz pour nous assurer le sésame. Après la victoire du premier échiquier de Grasse, la cause était entendue, nous finissons sur le podium mais Dieu ! que ce dernier match fut dur en raison de notre trop grande fébrilité, car nous avions les positions pour tenir le champion de France et obtenir un résultat plus flattteur !

Conclusion

Notre top 12 a été une belle réussite (7 victoires, trois défaites et un nul), les anciens ont bien répondu présents et les nouveaux se sont bien intégrés mais la cerise sur le gâteau a été notre étonnant parcours sur l’échiquier féminin où nous avons explosé nos scores passés qui n’atteignaient que très très rarement la moyenne. Cette année, cet échiquier sort un score de 7,5/11 !

En finissant cette extraordinaire campagne à la troisième place alors que nous n’étions que 7ème sur la ligne de départ au classement élo, notre équipe a réussi un de ses plus beaux parcours avec en prime une qualification pour la coupe d’Europe des clubs.

Résultats individuels

Nihal Sarin, 6/11 perf à 2630, réalise au premier échiquier une superbe prestation et sa marge de progression est encore réelle du haut de ses 15 ans. Véritablement un élément d’avenir et une excellente recrue.

Benjamin Gledura, 4,5/6 perf à 2762, invaincu, est toujours aussi précieux pour l’équipe avec un jeu précis et plus que solide.

Andreas Heimann, 7/10 avec une performance supérieure à son élo, le sympathique étudiant en mathématiques est une valeur sûre, calme, travailleur, bien préparé, bref l’archétype même du joueur par équipe !

Andrei Istratescu, 6,5/11, le bouillant roumain a réalisé un tournoi conforme à son élo. Il est indispensable mais connaît toujours une ou deux journées sans !

Andrei Sokolov, 5,5/10 perf à son élo, toujours précieux. Dommage qu’Andrei ait raté son dernier match.

Jean-Noël Riff, 5,5/10, le capitaine a mis un peu de temps à entrer dans la compétition, mais une fois en confiance il a pleinement joué son rôle.

Quentin Burri, 4/9 perf à 2380, Quentin dispose du potentiel pour mieux faire  mais n’arrive encore pas totalement à se libérer dans la haute compétition, il lui faut gagner de la confiance pour exprimer tout son talent.

Axel Smith, 3,5/9, notre fantastique marathonien a été précieux notamment sur l’entame, ensuite ses performances ont été en dent de scie.

Cécile Haussernot, 7/9 perf à 2350, la grosse performance de l’équipe qu’elle a portée à bout de bras pendant tout le tournoi et encore ses quatre nulles l’étaient dans des positions avantageuses. Véritablement, elle a franchi un grand palier.

Emma Richard, 1/3 perf à 2218, a apporté son concours précieux pour permettre à Cécile de souffler un peu. Ses prestations ont été convaincantes et démontrent qu’on peut toujours compter sur elle !

Les parties en direct

Lien vers les résultats

Lien vers le calendrier

Composition des équipes

Le Boss

 

 

Galerie Photos

Share on Facebook

Comments are closed.