Top 12 : retour contrasté du Philidor Mulhouse à la compétition !

5 juillet 2021
Comments off
366 Views
image_pdfimage_print

Philidor Mulhouse a terminé 6ème du top 12 2021, première grande compétition post-covid, sans nul doute, notre place actuelle dans la hiérarchie nationale.

Cinq grandes équipes à budget conséquent dominent le championnat (Bischwiller, Asnières, Clichy, Châlons-en-Champagne et Chartres) et il est plus que difficile de contester cette suprématie financière et sportive même si nous avons probablement été en mesure de créer la surprise.

Derrière ce groupe intouchable, nous avons dominé les autres formations, soit un bilan sportif positif avec 6 victoires et 5 défaites contre les « gros ».

Lien vers les résultats

Les parties : Ronde 1 | Ronde 2 | Ronde 3 | Ronde 4 | Ronde 5 | Ronde 6 | Ronde 7 | Ronde 8 | Ronde 9| Ronde 10 | Ronde 11

Une compétition délicate pour le Philidor menée en parallèle avec le Festival

Le Top 12 était initialement prévu fin mai, mais la Fédération a imposé un changement de date pour fin juin-début juillet qui a lourdement pénalisé le Philidor Mulhouse en reprogrammant la compétition exactement aux mêmes dates que notre festival international, ce qui a considérablement perturbé notre logistique : il nous a fallu gérer simultanément les deux évènements et nos moyens humains ne sont pas illimités.

Jean-Noël, le grand bonhomme organisateur du festival et capitaine de l’équipe Top 12 du Philidor,  s’est retrouvé au four et au moulin, à jouer à Châlons tout en assurant l’organsiation du Festival des GMI. D’autre part, ce changement de date a affaibli notre effectif puisque plusieurs éléments (Quentin Burri, Fy Rakotomaharo et Elliot Papadiamandis) disputaient le festival, ce qui les rendait indisponibles pour le Top 12 ; sans compter la situation dantesque de notre directeur technique Jean-Noël Riff à la fois joueur, capitaine de l’équipe top 12 et organisateur du Festival !

A relever les acrobaties de Fy et Elliot qui ont joué les rondes 1 et 2 du Top 12 à Châlons le jeudi et le vendredi puis ont pris la route après leur deuxième match pour rallier Mulhouse en pleine nuit et se lancer dans les difficiles combats des tournois des GM et MI dès le lendemain, samedi ! Et à peine le Tournoi terminé, avec, au passage, une deuxième norme en deux semaines pour Elliot (bravo !), les deux forçats ont repris la route pour Châlons juste après la remise des prix samedi soir pour disputer la dernière ronde du Top 12 le dimanche matin à 9 heures… et gagné leur partie !

Mais aussi, il a fallu composer avec les restrictions Covid qui nous ont privé de David Navara, Nihal Sarin, Cécile Haussernot ; et Andreas Heimann n’a pas pu disputer les 5 premiers matchs car pris par un stage en Allemagne.

Ces contraintes ont induit d’incessants allers-retours entre Châlons-en-Champagne et Mulhouse pour aligner pendant les 11 jours de compétition huit joueurs, assurer la logistique, composer l’équipe…

Des aspects plus que positifs avec la mobilisation de nos espoirs

Pour faire face à ces difficultés, notre club a pu une nouvelle fois compter sur la qualité de son centre de formation et son réservoir de joueurs, soit pas moins de 14 joueurs.

Les jeunes en première ligne

Entre deux oraux pour entrer en grande école, Mattéo Zachary, 19 ans, a réalisé un formidable 3,5/4 en montrant des qualités exceptionnelles (calme, abnégation, sang-froid et lucidité), bref une grande maturité et sans nul doute, si ces études lui en laisssent le temps, il pourra viser des objectifs élevés !

Elliot Papadiamandis, 15 ans , sérieux et talentueux, a jonglé entre le Top 12 et le festival à Mulhouse, où il a réalisé une seconde norme de Maître International. Ses progrès sont indéniables depuis la reprise post-Covid : il réalise 2,5/3 et s’il poursuit sur cette lancée, il s’annonce comme un futur titulaire de l’équipe avec en point de mire le titre de MI.

 

Quentin Burri, 20 ans, autre jeune talent pris par le festival a obtenu un excellent ½ point et démontré que le Covid n’a pas freiné son élan ; sa solidité et sa technique sont bien présentes et il a pu le démontrer face au prodige français Maurizzi.

 

Yovann Gatineau, 19 ans, obtient 2,5/4 faisant preuve d’un jeu toujours aussi agressif et bouillonnant malgré le rythme infernal de ses études.

 

 

Fy Rakotomaharo, 22 ans, pointe à 2/3. Jonglant lui aussi avec le festival dans le tournoi des GM, il réalise une belle entrée dans l’équipe et son rôle devra s’amplifier à l’avenir. Sérieux, appliqué et talentueux, il dispose encore d’une belle marge de progression.

Nos joueurs étrangers ont une nouvelle fois brillé par leur talent

Gzregorz Gajewski, notre sympathique GM polonais, a réalisé un tournoi sans faute en réalisant le score supersonique de 8,5/11, alliant talent, créativité et combativité !

Le jeune champion d’Allemagne Matthias Bluebaum, sobre et discret mais terriblement efficace et motivé sur l’échiquier, ne fut pas en reste avec 8/11 au premier échiquier et sans nul doute un joueur qui file vers les 2700 élo !

 Andreas Heimann, arrivé en cours de compétition réalise un honnête 3/6 après un début fracassant mais visiblement en manque de repères après cette longue période d’inactivité.

Bon tournoi pour notre féminine Andréa Navrotescu qui, malgré quelques difficultés dans les gros matchs où elle n’a pu conclure ou tenir de bonnes positions, réalise un bon  6/11. Toujours appliquée et bien préparée, elle a réalisé une bonne entrée dans l’équipe.

Nos joueurs d’expérience ont souffert de l’inactivité.

Notre emblématique GMI Andréi Sokolov, 3,5/8, a montré contre les forts joueurs qu’on pouvait toujours compter sur sa science du jeu mais, contre les joueurs plus faibles, il a clairement manqué de rythme.

André Istratescu a visiblement beaucoup souffert de la période d’inactivité et n’a jamais pu trouver le bon rythme, il obtient tout de même 4,5/10.

Jean-Noël Riff, notre capitaine, n’a pu entièrement se concentrer sur le jeu puisqu’il a dû assurer seul pendant la première semaine de compétition la lourde intendance de l’équipe en plus du capitanat et du jeu et son résultat de 3,5/7 n’en est que plus méritoire.

Le sympathiqueFrédéric Clément (0,5/3) et l’emblématique mulhousien Pascal Herb (0/2) n’ont pu s’exprimer dans ce contexte très relevé et très au-dessus de leur niveau mais ils ont donné le maximum pour faire honneur à leur statut de remplaçant pour éviter les forfaits de joueur.

Conclusion

Notre bilan, contrasté certes, présente donc bien des aspects positifs ; il est même porteur d’avenir même si, d’évidence, nous ne pourrons jamais concurrencer les écuries à gros budget. Faire jouer nos jeunes dans la reine des compétitions fédérales demeure un de nos objectifs prioritaires et ce Top 12 2021 a donc permis de rester fidèle à notre projet sportif même si nous n’avons pas réussi à bousculer la hiérarchie.

Toujours est-il que ce retour à la compétition, après une si longue inactivité, est positif et bénéfique pour nous joueurs.

Le Boss

 

 

 

 

Comments are closed.